RougeGorge familier

Erithacus rubecula


Systématique

  • Ordre : Passériformes
  • Famille : Muscicapidés
  • Genre : Erithacus
  • Espèce : Rubecula

Descripteur

  • Linnaeus, 1758

Biométrie

  • Taille : 14 cm
  • Envergure : 20 à 22 cm
  • Poids : 16 à 22 g

Longévité

15 ans


DISTRIBUTION


Chants

Les émissions vocales du rougegorge sont typiques. Le cri le plus fréquent est un « tic » d’excitation métallique, volontiers répété en staccato et qui traduit une forme d’inquiétude. Chez l’oiseau très excité, il peut être émis à un rythme très rapide. C’est le cri utilisé par les adultes près du nid en cas de danger par exemple. Un autre cri classique consiste en un « tsiih » bref, aigu et pénétrant qui peut être considéré comme un cri de contact. Le chant est très caractéristique. C’est une suite de notes sifflées et roulées, de tonalité élevée, comme un babil doux et liquide, qui semble couler naturellement au long d’une phrase continue. Cette espèce a la particularité de connaître une reprise du chant à l’automne, chant qui servira aux mâles en hiver à défendre un territoire alimentaire. Ce chant est réputé plus doux que le chant printanier.


Statut de conservation IUCN


Partager


IDENTIFICATION

Le Rougegorge familier se présente comme un petit oiseau rondelet, avec des ailes relativement courtes atteignant péniblement le milieu de la queue. L’adulte est aisément reconnaissable à la couleur orangée qui envahit tout le devant du corps, front, lores, côtés de la tête, cou et poitrine. Cette grande zone orange est bordée d’un bandeau gris clair peu visible sur le haut du front et sur les côtés du cou et de la poitrine. Le reste du dessous est blanc sale lavé de roussâtre sur les flancs. Les parties supérieures sont d’un brun nuancé d’olive, assez sombre. Le croupion et les sus-caudales sont d’un brun un peu plus chaud. Les rémiges sont ourlées de chamois, ce qui éclaircit un peu l’aile fermée sur laquelle se détachent les couvertures primaires plus sombres. L’œil est sombre. Le bec fin, court et droit est brun foncé, avec la base un peu plus claire. Les pattes sont rougeâtres ou brunâtres suivant la lumière, quelquefois rosées.

Le juvénile a une silhouette semblable à celle de l’adulte, mais un aspect très différent. La couleur orange est absente. L’ensemble du corps est brun, largement moucheté de chamois roussâtre comme c’est la règle chez les muscicapidés. Le futur plastron orange transparaît néanmoins déjà car à ce niveau les plumes sont plus rousses qu’ailleurs. Néanmoins, il faudra attendre la mue post-juvénile pour voir apparaître les premières plumes orangées. Sur l’aile fermée se distingue nettement une barre rousse formée par les pointes des grandes couvertures ainsi colorées. Ce caractère persistera après la première mue et permettra l’année suivante de savoir qu’on a affaire à un oiseau de deuxième année. Autrement, les premières semaines, la commissure buccale jaune est bien visible.

HABITAT

Le Rougegorge familier est avant tout un oiseau de la forêt, qu’elle soit caducifoliée, sempervirente ou mixte.C’est le milieu optimal qu’il fréquente sur les lieux de reproduction. Mais de là, il déborde sur d’autres milieux arborés favorables tels que les forêts riveraines des cours d’eau, les parcs, les haies arborées, etc. À la mauvaise saison, il quitte largement la forêt, surtout les oiseaux nordiques qui sont migrateurs, pour gagner des milieux plus anthropisés comme les jardins à la campagne, mais aussi en ville, les marges des zones agricoles pourvues de ligneux, garrigue et maquis en biôme méditerranéen, etc. On peut presque dire qu’il peut être partout où il y a des ligneux dans l’aire d’hivernage.

Menaces – protection

Le Rougegorge familier est largement répandu dans la majeure partie de son aire et non menacé. Et pourtant, il est bien connu que l’espèce fait l’objet au sud de la Méditerranée de forts prélèvements au filet ou par d’autres moyens, comme beaucoup d’autres espèces d’oiseaux migrateurs, par les populations locales dans un but culinaire.

La Gallerie

Plus d’oiseaux